Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Leslie A. Sprout, The Musical Legacy of Wartime France

Berkeley, University of California Press, 2013, 298 p.
Yannick Simon
Référence(s) :

Leslie A. Sprout, The Musical Legacy of Wartime France, Berkeley, University of California Press, 2013, 298 p.

Texte intégral

  • 1 Sprout, Leslie A., Music for a « New Era »: composers and national identity in France, 1936-1946, B (...)
  • 2 Sprout, Leslie A., « Muse of the Révolution française or the Révolution nationale ? Music and natio (...)
  • 3 CHIMÈNES, Myriam (dir.), La vie musicale sous Vichy, Bruxelles, Complexe, coll. « IHTP-CNRS », 2001 (...)
  • 4 Sprout, Leslie A., « Les commandes de Vichy, aube d’une ère nouvelle », in CHIMÈNES, Myriam (dir.), (...)
  • 5 Voir BUCH, Esteban et LE BAIL Karine, « Résonances contemporaines de Vichy dans le milieu musical » (...)

1On imagine mal un Français affirmer aujourd’hui que sous l’Occupation, on ne pouvait écouter que de la musique allemande interprétée par des orchestres militaires allemands ! C’est pourtant ce que l’auteur de The Musical Legacy of Wartime France s’entendit dire en arrivant en France en 1994 pour effectuer les recherches qui précédèrent la rédaction de sa thèse sur les commandes musicales de l’État français entre 1936 et 19441. En s’intéressant à la musique sous l’Occupation, Leslie Sprout fut une pionnière et probablement la première à consacrer à ce sujet une publication scientifique2. Le sujet était si tabou qu’en 1994 Manuel Rosenthal se voyait traîné en justice pour avoir osé évoquer publiquement la participation d’Arthur Honegger à un voyage de propagande en Autriche organisé par les Nazis. C’est néanmoins à ce moment que la vie musicale en France sous l’Occupation, absente jusqu’à présent des travaux des historiens, devenait l’objet d’étude d’une équipe de recherche placée sous la direction de Myriam Chimènes3. Leslie Sprout en fut membre et présenta ses travaux sur les commandes de Vichy au cours du colloque organisé au Conservatoire de Paris en 19994. Pour le moins, elle aura contribué à dépassionner l’approche de cette question qui, aujourd’hui encore, peut susciter des polémiques plus ou moins vives5. Si ces dernières trouvent peu de place dans The Musical Legacy of Wartime France, en revanche, comme l’annonce ce titre, les résonnances de la vie musicale sous l’Occupation dans l’après-guerre en constituent un aspect majeur et l’élément le plus novateur.

  • 6 Myriam Chimènes et l’auteur de cette recension ont récemment fait l’état des lieux des publications (...)

2À l’inverse, l’infirmation de deux des trois préjugés évoqués par Leslie Sprout dans son introduction a maintenant une histoire et a perdu son caractère inédit : la participation française à la vie musicale sous l’Occupation6 ne peut effectivement plus être niée comme en atteste une bibliographie désormais conséquente – dont témoignent pour partie les références recensées p. 251-262 ; quant aux jugements moraux, ils ne peuvent plus rivaliser avec l’analyse des choix opérés par les acteurs de la période, ce que confirment les études musicologiques inspirées du travail des historiens – quand ces derniers n’en sont pas à l’origine.

  • 7 ALTEN, Michèle, Musiciens français dans la guerre froide (1945-1956). L’indépendance artistique fac (...)

3En revanche, il paraît encore utile de montrer que la vie musicale sous l’Occupation n’appartient pas à un passé révolu. L’inscription de cette période dans un temps plus long dont elle constitue le prélude ouvre un champ de recherche qu’il faudra bien explorer un jour avec une approche historique, et non pas du seul point de vue de l’évolution du langage. L’ouvrage de Michèle Alten7 et les actes (à paraître) du colloque « Horizons de la musique en France, 1944-1954 » organisé en décembre 2010 au Centre de documentation de la musique contemporaine à Paris vont dans ce sens. Leslie Sprout, après avoir observé dans sa thèse les liens entre le Front populaire et l’Occupation, s’intéresse aussi à ceux entre cette dernière période et l’après-guerre. Elle montre que l’immédiat après-guerre, la Guerre froide musicale et les décennies suivantes sont empreints du sceau de l’Occupation.

  • 8 SPROUT, Leslie A., « Messiaen, Jolivet, and the Soldier–Composers of Wartime France », in Musical Q (...)

4The Musical Legacy of Wartime France réunit cinq chapitres consacrés chacun à un ou deux compositeurs en commençant par les plus importants de la période de l’Occupation. Il s’organise de part et d’autre d’un chapitre – déjà publié en 2004 – portant sur Olivier Messiaen et André Jolivet8. Au préalable, Leslie Sprout s’intéresse à Francis Poulenc et Arthur Honegger, et, dans le prolongement, à Maurice Duruflé et Igor Stravinsky.

  • 9 SOUTHON, Nicolas, « Francis Poulenc ou la ligne fragile du “civisme esthétique” », in CHIMÈNES, Myr (...)

5Avec « Poulenc’s Wartime Secrets » (p. 1-37), l’ouvrage s’ouvre sur la figure d’un compositeur sorti plutôt grandi de l’épreuve. Ses actes de défiance ne peuvent pas être rangés au seul rayon des facéties, qu’ils s’agissent de la citation d’Alsace et Lorraine dans Les Animaux modèles, de la Sonate pour violon et piano dédiée à Federico Garcia Lorca, ou de la mise en musique de poèmes de Louis Aragon (C et Fêtes galantes) et de Paul Éluard (Figure humaine). À la Libération, Poulenc acquiert un statut de compositeur résistant héroïque que Nicolas Southon a récemment jugé excessif9. Si l’on peut contester l’analyse de ce dernier et lui préférer le « panache » que prête Leslie Sprout à Poulenc (p. 37), elle montre comment l’image du compositeur s’ancre progressivement dans la mémoire collective, entre mythe et réalité, par le biais d’une construction dont le compositeur lui-même n’est pas forcément à l’initiative.

  • 10 Sur Honegger sous l’Occupation voir SIMON, Yannick, Composer sous Vichy, Lyon, Symétrie, 2009, p. 2 (...)

6On ne pourra pas en dire autant d’Arthur Honegger, acteur de sa propre réhabilitation (« Honegger’s Postwar Rehabilitation », p. 38-79). Il n’est plus besoin de rappeler que le plus important compositeur de la période apporta son concours à des entreprises de propagande émanant tout autant des autorités allemandes que de l’État français10. Au sortir de la guerre, s’il n’est ni accusé ni condamné, il fait face à la réprobation d’un monde musical qui ne lui pardonne pas ses chroniques dans le périodique collaborationniste Comœdia et son voyage à Vienne en décembre 1941. C’est à ce moment qu’Honegger antidate une partition opportunément devenue la première œuvre de résistance composée sous l’Occupation. L’histoire, avec l’aide des biographes du compositeur, avait retenu jusqu’à présent la fausse primauté de ce Chant de libération dont Leslie Sprout retrace la peu glorieuse falsification.

  • 11 Rischin, Rebecca, For the End of Time. The Story of the Messiaen Quartet, Ithaca, New York, Cornell (...)

7Même si les motivations ne sont pas les mêmes, la mémoire du Quatuor pour la fin du temps relève aussi d’une fabrication dont son compositeur est aussi largement à l’origine (« 3. Ignoring Jolivet’s Testimony, Embrasing Messiaen’s Memories », p. 80-119). Les conclusions de Leslie Sprout rejoignent celles de Rebecca Rischin11. Le Quatuor n’est pas l’œuvre de guerre que son compositeur a promu après la Libération puisqu’une partie non négligeable de la partition est antérieure à l’emprisonnement de Messiaen. De même, la modernité de son langage musical, dans la mesure où elle est contrebalancée par une forte affirmation catholique, ne le place pas en porte-à-faux avec l’esprit du temps. Loin d’être marginalisé sous l’Occupation, Messiaen sort de la guerre avec un statut de compositeur majeur qu’il n’avait pas encore acquis au moment de sa déclaration.

8Contrairement à Messiaen, Maurice Duruflé reçoit une commande de l’État français dont la composition ne sera achevée qu’après la Libération (« 4. The Timeliness Duruflé’s Requiem », p. 120-150). Telle est l’origine du célèbre Requiem op. 9 que son auteur s’emploiera à masquer. Destiné aux sociétés de concert parisiennes, composé pour solistes, chœurs et orchestre, il est transcrit pour orgue en 1947 et acquiert une virginité qui aurait pu lui être contestée. L’anecdote est pour le moins cocasse : le 11 janvier 1996, des extraits du Requiem de Duruflé sont interprétés au cours de la cérémonie organisée à la cathédrale de Paris à la mémoire de François Mitterrand en présence de soixante et un chefs d’État.

9Le cinquième et dernier chapitre est aussi le plus novateur dans la mesure où il s’intéresse aux premières années de l’immédiat après-guerre (« 5. From the Postwar to the Cold War », p. 151-184). Plus que par les prémices de la Guerre froide, il est marqué par le souvenir de l’Occupation. C’est dans cette perspective qu’il faut interpréter la perturbation de deux concerts incluant des œuvres de Stravinsky en février et mars 1945 par une bande d’élèves de Messiaen plutôt emmenée par Serge Nigg que par son cadet d’un an Pierre Boulez. Tout autant que le néoclassicisme du compositeur installé aux États-Unis depuis 1940, ils craignent le retour à un ordre ancien, celui des années précédant la guerre, qui les tiendrait à l’écart de la vie musicale en gestation.

10L’ouvrage de Leslie Sprout aurait peut-être nécessité une précieuse introduction sous la forme d’une synthèse sur la période qui lui aurait permis d’éviter les griefs d’une approche contournée faisant parfois passer le sujet précis au second plan derrière l’étude de son environnement contextuel. Il n’empêche que l’intérêt de The Musical Legacy of Wartime France est grand tant pour ses analyses irréfutables que par son approche de la mémoire musicale de l’Occupation.

Haut de page

Notes

1 Sprout, Leslie A., Music for a « New Era »: composers and national identity in France, 1936-1946, Berkeley, University of California, 2000, 427 p.

2 Sprout, Leslie A., « Muse of the Révolution française or the Révolution nationale ? Music and national celebrations in France, 1936-1944 », in Repercussions, V/1-2, spring-fall 1996, p. 69-127.

3 CHIMÈNES, Myriam (dir.), La vie musicale sous Vichy, Bruxelles, Complexe, coll. « IHTP-CNRS », 2001, 420 p.

4 Sprout, Leslie A., « Les commandes de Vichy, aube d’une ère nouvelle », in CHIMÈNES, Myriam (dir.), La vie musicale sous Vichy, op. cit., p. 157-181.

5 Voir BUCH, Esteban et LE BAIL Karine, « Résonances contemporaines de Vichy dans le milieu musical », in CHIMÈNES, Myriam et SIMON, Yannick (dir.), La musique à Paris sous l'Occupation, Paris, Fayard/Cité de la musique, 2013, p. 227-240.

6 Myriam Chimènes et l’auteur de cette recension ont récemment fait l’état des lieux des publications sur ce sujet. Voir CHIMÈNES, Myriam et SIMON, Yannick, « Introduction », in CHIMÈNES, Myriam et SIMON, Yannick (dir.), La musique à Paris sous l’Occupation, op. cit., p. 13-24.

7 ALTEN, Michèle, Musiciens français dans la guerre froide (1945-1956). L’indépendance artistique face au politique, Paris, L’Harmattan, 2000, 220 p.

8 SPROUT, Leslie A., « Messiaen, Jolivet, and the Soldier–Composers of Wartime France », in Musical Quarterly, 87/2, Summer 2004, p. 259-304.

9 SOUTHON, Nicolas, « Francis Poulenc ou la ligne fragile du “civisme esthétique” », in CHIMÈNES, Myriam et SIMON, Yannick (dirs.), La musique à Paris sous l’Occupation, op. cit., p. 131-147.

10 Sur Honegger sous l’Occupation voir SIMON, Yannick, Composer sous Vichy, Lyon, Symétrie, 2009, p. 261-298.

11 Rischin, Rebecca, For the End of Time. The Story of the Messiaen Quartet, Ithaca, New York, Cornell University Press, 2003, 192 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Simon, « Leslie A. Sprout, The Musical Legacy of Wartime France », Transposition [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://transposition.revues.org/1196

Haut de page

Auteur

Yannick Simon

Professeur à l’université de Rouen, Yannick Simon travaille sur la vie musicale en France sous la IIIe République et sous l’Occupation. Il est l’auteur de La Sacem et les droits des auteurs et compositeurs juifs sous l'Occupation (La Documentation française, 2000) et de Composer sous Vichy (Symétrie, 2009). Il a dirigé, avec Myriam Chimènes, la publication de La musique à Paris sous l'Occupation (Fayard, 2013). Il effectue parallèlement des recherches sur la diffusion de la musique symphonique, de la musique de chambre et de l’opéra dans les régions françaises. Il a consacré deux ouvrages aux concerts populaires : L'Association artistique d'Angers (Société française de musicologie, 2006) et Jules Pasdeloup et les origines du concert populaire (Symétrie, 2011). Il est aussi l’auteur de Lohengrin : un tour de France, 1887-1891 (Presses universitaires de Rennes, 2015). Il est l’un des trois fondateurs et administrateurs du site Dezède.

Haut de page

Droits d’auteur

© association Transposition. Musique et Sciences Sociales

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les arts et le langage - CRAL
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales - EHESS
  • Logo Philharmonie de Paris
  • Les cahiers de Revues.org