Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Camilla Cavicchi, Marie-Alexis Colin et Philippe Vendrix (dir.), La musique en Picardie du XIVe au XVIIe siècle

Turnhout, Brepols, « épitome musical », 2012, 455 p., 1 CD.
Adrien Dubois
Référence(s) :

Camilla Cavicchi, Marie-Alexis Colin et Philippe Vendrix (dirs.), La musique en Picardie du XIVe au XVIIe siècle, Turnhout, Brepols, « épitome musical », 2012, 455 p., 1 CD.

Texte intégral

1L’origine de cet imposant ouvrage est évoquée dans l’avant-propos de Philippe Vendrix. Il s’agit du « couronnement de nombreuses années de collaboration entre le Festival des Cathédrales et le Centre d'études supérieures de la Renaissance ». Cette entreprise de mise en valeur du patrimoine musical de la Picardie est assurée par des contributions variées, organisées en trois grandes parties précédées d’une introduction (elle-même composée de quatre contributions) : « Lieux de la musique », « Pratiques, sources et répertoires » et « Formation et rayonnement », agrémentées d’un dictionnaire biographique des musiciens et d’un CD. La partie consacrée aux lieux de la musique réunit 13 contributions qui s’attachent tantôt à une ville, tantôt plus spécifiquement à la cathédrale d’une cité épiscopale, tantôt plus généralement aux abbayes picardes. Les huit contributions relatives aux pratiques, sources et répertoires choisissent d’aborder, pour certaines, un type de source écrite ou picturale, voire un corpus instrumental (les orgues), pour d’autres une thématique (par exemple les entrées royales en Picardie). Enfin, les cinq contributions concernant la formation et le rayonnement montrent à quel point la Picardie a formé des musiciens que l’on retrouve dans toutes les cours européennes jusqu’au milieu du XVIe siècle.

2On ne peut que souligner la richesse de l’illustration et sa variété, l’énorme travail prosopographique (lié à la variété des sources écrites compulsées) qui permet de documenter les carrières, de comprendre le contexte de production des œuvres, de suivre les individus dans leur déplacement et ainsi d’éviter l’écueil d’une histoire qui, en prenant un angle régional, oublierait les contacts avec l’extérieur. Des encadrés viennent utilement éclairer un point particulier ou présenter plus en détail un document.

  • 1 On pense cependant aux lettres de rémission qui auraient pu être convoquées pour illustrer les prat (...)
  • 2 Enfin, quelques coquilles auraient pu être évitées : Henri VI plutôt qu’Henri IV et Charles VIII pl (...)

3Il est donc impossible de résumer ici la variété des avancées de la recherche… et de ce qu’il reste à faire, point sur lequel une conclusion aurait cependant été bienvenue – de la même manière, on s’interroge quelque peu sur le titre de l’ouvrage puisque de nombreuses contributions traitent aussi des périodes antérieures au XIVe siècle. Une conclusion aurait également été utile pour mieux comprendre l’origine de certains silences : certes, on imagine facilement qu’ils sont dûs aux sources dont les historiens disposent1 (Philippe Vendrix mentionne ainsi « l’anonymat des pratiques collectives », p. 15). Mais on ne peut que constater l’écrasante prédominance dans l'ouvrage des pratiques musicales religieuses et élitaires. Ne voit-on pourtant pas un « enfant jouant de la flûte » sur un tableau de Louis Le Nain intitulé Famille de paysans dans un intérieur (p. 295) ? De même Alice Tacaille dit un mot des « artisans, laboureurs » (p. 291). Camilla Cavicchi évoque le fait que Firmin Caron, considéré par l’un de ses contemporains comme « l’un des musiciens les plus compétents de son siècle », était « maître des petites écoles de la ville d'Amiens » (p. 343) : les enfants des petites écoles apprenaient-ils eux aussi le chant ? Cette dernière question en implique nécessairement une autre : s’il est question d'enfants protestants « des deux sexes » (p. 298) dans l’article d’Alice Tacaille, si l’on observe une femme musicienne sur une enluminure du début du XVIe siècle (p. 244), la question de la participation des femmes à cette musique picarde n’est pas abordée2.

4Sans doute ces petits reproches que l’on peut faire à l’ouvrage manifestent-ils surtout le plaisir que l’on prend à le lire et à lui demander plus encore ! Cette histoire de la musique en Picardie intéressera en effet non seulement les musicologues, mais aussi, parmi d'autres, les historiens de la vie intellectuelle et religieuse, les historiens de l’enfance, ou encore, et de manière peut-être plus surprenante, les archéologues du bâti, dont on peut souhaiter la participation aux futurs projets de ce type, en vue d'écrire une « archéologie du son ».

Haut de page

Notes

1 On pense cependant aux lettres de rémission qui auraient pu être convoquées pour illustrer les pratiques musicales populaires, en particulier rurales.

2 Enfin, quelques coquilles auraient pu être évitées : Henri VI plutôt qu’Henri IV et Charles VIII plutôt que Charles VII (p. 83) ; on voit mal comment Louis XII (roi de 1498 à 1515) a pu commanditer les travaux de Saint-Vulfrand en 1488 (p. 87) ; Bonne de Luxembourg est la fille et non la veuve de Jean de Luxembourg (p. 198) ; le futur Philippe VI n’est pas le fils de Charles IV (p. 200).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Dubois, « Camilla Cavicchi, Marie-Alexis Colin et Philippe Vendrix (dir.), La musique en Picardie du XIVe au XVIIe siècle », Transposition [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://transposition.revues.org/1202

Haut de page

Auteur

Adrien Dubois

Adrien Dubois est chercheur associé au Centre Michel de Boüard-CRAHAM (Université de Caen Basse-Normandie). Ses travaux portent sur le genre et sur l’histoire de la justice médiévale en Normandie. Il a récemment publié Un registre de la vicomté d’Elbeuf (1470-1472). Édition d’un registre de haute justice seigneuriale normande (Archives départementales de la Seine-Maritime, 52 BP 5), Publications du CRAHM, 2011.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© association Transposition. Musique et Sciences Sociales

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les arts et le langage - CRAL
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales - EHESS
  • Logo Philharmonie de Paris
  • Les cahiers de Revues.org