Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Geoffrey Baker, El Sistema. Orchestrating Venezuela’s Youth

Oxford, Oxford University Press, 2014, 362 p.
Violeta Nigro Giunta
Référence(s) :

Geoffrey Baker, El Sistema. Orchestrating Venezuela’s Youth, Oxford, Oxford University Press, 2014, 362 p.

Notes de l’auteur

L’auteur voudrait remercier Elsa Broclain et Julien Hogert pour leur aide dans la relecture de ce texte.

Texte intégral

  • 1 Cf. CABEZ, Félix, La tierra de las mil orquestas, avec José Antonio Abreu, Plácido Domingo, Gustavo (...)
  • 2 Cf. « Une baguette pour changer le monde », Courrier International, 1er juillet 2010, article en li (...)

1L’apprentissage de la pratique musicale peut-il contribuer à faire de nous des êtres meilleurs ? Si oui, est-ce vrai pour toutes les musiques et toutes les pratiques ? Voici l’une des questions morales et de fond de l’ouvrage de Geoffrey Baker, qui porte sur l’un des grands mythes de la musique classique des dernières décennies : El Sistema, le programme d’orchestres des jeunes du Venezuela. Parfois décrit comme une méthode d’enseignement, il s’agit surtout d’un grand réseau d’orchestres de jeunes qui s’étend à travers tout le pays – l’un des documentaires réalisés sur ce phénomène a pour titre allusif « la terre des mille orchestres1 ». Avec son orchestre « vitrine », le Simón Bolívar Youth Orchestra (aujourd’hui Simón Bolívar Symphony Orchestra) sous la direction du chef d’orchestre star, Gustavo Dudamel, El Sistema est souvent présenté comme l’avenir de la musique classique, comme un moyen de changer le monde grâce à la musique2, à l’instar de sa devise : « action sociale à travers la musique ».

  • 3 Cf. ARVELO, Alberto, Tocar y luchar, avec Claudio Abbado, José Antonio Abreu, Gustavo Dudamel, Vene (...)

2El Sistema. Orchestrating Venezuela’s Youth constitue l’une des premières analyses critiques sur ce programme de musique qui a été exporté dans plus de douze pays et qui mobiliserait près d’un million de jeunes au Venezuela. C’est après avoir écouté pour la première fois le Simon Bolivar Youth Orchestra dans son spectaculaire BBC Proms début au Royal Albert Hall à Londres en 2007, que Geoffrey Baker décide de partir au Venezuela pour étudier le phénomène. L’un de ses premiers constats concerne les sources d’informations qui circulent sur El Sistema. Celles-ci proviennent en grande partie des propres campagnes de communication du programme, mais aussi d’articles de presse et de films documentaires, dont il souligne le fort engouement pour le programme, motivé par l’émotion de voir des masses d’enfants jouer avec passion « L’hymne à la joie » de Beethoven. Par ailleurs, ces médias sont parfois financés par le programme lui-même (avec des titres plus qu’évocateurs, tels que « Jouer et lutter3 »). À partir d’un travail ethnographique de plus d’un an, il s’est agi, pour Baker, de mener une véritable déconstruction d’un mythe.

  • 4 L’original en espagnol : « Fundación del Estado para el Sistema Nacional de Orquestas Juveniles e I (...)

3Baker commence par retracer l’histoire du programme et celle de son créateur et directeur : José Antonio Abreu. Si la version officielle veut que ce soit Abreu qui ait commencé, dans les années 70, à diriger un petit groupe de jeunes musiciens dans un garage, et que par la suite cela soit devenu un phénomène international, Baker nous présente une tout autre histoire. Abreu fonde officiellement l’Orchestre national de jeunes ainsi que le FESNOJIV4 en 1975. À la même époque, il commence une carrière politique fulgurante, dans le Movimiento Desarrollista (mouvement progressiste). Dans les années 90, durant les deux gouvernements néolibéraux et conservateurs de Carlos Andrés Pérez, il se voit attribuer successivement les postes de président du Conseil National de la Culture (Consejo Nacional de la Cultural, CONAC) et de ministre de la Culture. El Sistema connaît alors un grand essor, notamment grâce au soutien économique de l’État, financé par la vente du pétrole. Baker examine ensuite la démarche politique de Abreu, lors de l’accession au pouvoir de Julio Chávez en 1998. Alors qu’il faisait partie de l’opposition au gouvernement, Abreu parvient à transformer le discours rhétorique du Sistema pour obtenir le soutien de Chávez, et continuer à recevoir de larges financements de l’État vénézuélien et des sponsors tels que l’Inter-American Development Bank : le programme effectue alors un virage radical vers le social.

  • 5 L’original en espagnol : « Sistema de acción social a través de la música ».

4Baker se concentre ensuite sur l’analyse du répertoire musical interprété par les enfants, essentiellement de la musique orchestrale classique européenne, principalement du XIXe siècle. Pour lui, le programme traduit davantage un regard vers le passé, marqué par l’influence européenne, plutôt qu’une action portée vers le futur. Il s’attaque ensuite à l’un des arguments phares qui ont contribué à la diffusion de El Sistema de par le monde : l’idée d’un programme qui permet « d’éloigner les jeunes de la misère » grâce à la musique, en faisant d’eux de meilleurs citoyens, une véritable force de transformation sociale par la pratique musicale. À travers ses entretiens, il tente de dévoiler l’envers du décor : un fonctionnement mafieux du système, des inégalités dans les salaires et les ressources (par exemple, le fait que les enfants qui jouent dans les orchestres importants aient des salaires supérieurs à leurs parents). L’idée d’une « action sociale à travers la musique5 » que défend El Sistema relève en fait davantage d’une stratégie de marketing qui a eu beaucoup de succès, et qui, pour des raisons diverses, n’a jamais été soumise à une critique approfondie. Baker insiste sur la nécessité et l’urgence de remettre en cause les termes les plus souvent utilisés pour décrire El Sistema : « un phénomène », « un miracle », « une révolution musicale ».

  • 6 Baker cite, parmi d’autres : CHANNING, Simon, “Training the Orchestral Musician”, The Cambridge Com (...)

5Baker reprend de nombreuses théories sur l’éducation et sur les orchestres qui s’opposent à l’idée que l’orchestre serait l’image d’un bon modèle de société6. La figure charismatique mais aussi tyrannique du chef d’orchestre, les hiérarchies entre les familles d’instruments, et le fonctionnement interne des orchestres ne constitueraient pas les fondements d’une société plus égalitaire, bien au contraire. Des recherches récentes sur les orchestres symphoniques montrent plutôt que ceux-ci, tel qu’ils existent aujourd’hui, ne peuvent pas être inclusifs. Après plus d’une année d’observation et d’entretiens, Baker peut affirmer qu’El Sistema ne chercherait pas du tout à trouver de nouveaux moyens d’apprentissage, mais reste très axé sur la répétition, très exigeant avec ses jeunes élèves et focalisé sur un apprentissage presque exclusivement instrumental (avec une formation théâtrale poussée pour rendre ses performances plus attractives visuellement – dans le cas de l’Orchestre Simón Bolívar). L’argument de l’auteur est que ce système d’apprentissage, qu’il décrit comme « Top-Down » (du haut vers le bas) ne constitue pas un apprentissage musical d’avant-garde mais plutôt réactionnaire.

  • 7 « El Maestro : José Antonio Abreu », et « Gustavo Dudamel and the Simón Bolívar Youth Orchestra ».
  • 8 Núcleo : nom donné à chaque établissement faisant parti de El Sistema, aux tailles et ressources va (...)

6Le livre est structuré en quatre parties. La première partie, « The Institution and its leaders » retrace l’histoire d’El Sistema avec deux chapitres dédiés aux figures clés, Abreu et Dudamel7, et deux autres qui retracent les débuts, les caractéristiques générales et l’organisation du programme (« Organizational Features and Dynamics », « Demographics and Development »). Baker met l’accent sur le fait que la personnalité d’Abreu est très présente dans l’ensemble du programme. Il explicite ensuite ses difficultés pour trouver des sources diversifiées (dues au peu de critiques existantes sur le système) et décrit par la suite sa méthodologie : plus de 150 entretiens avec des membres (qui restent anonymes), d’anciens membres, des personnes associées, et un travail approfondi sur un núcleo8 en particulier, dans une grande ville, qu’il désigne sous le pseudonyme de « Veracruz ».

7La deuxième partie est dédiée aux aspects pédagogiques d’El Sistema (« Music Education »), avec deux chapitres (« The Orchestra in Theory and Practice », « Learning and Teaching in El Sistema ») où Baker explore les problématiques de l’orchestre symphonique de nos jours, comme institution poursuivant des objectifs sociaux. Il signale le fait qu’El Sistema est influencé par des méthodes anciennes d’enseignement et souligne le manque d’intérêt apparent du programme pour les théories éducatives plus récentes (présentes dans des modèles d’orchestre symphonique actuels).

8La troisième partie (« Social Education ») constitue à plusieurs titres le « cœur » de l’ouvrage, où Baker déconstruit la réalité du slogan du système, « action sociale à travers la musique ». Avec quatre chapitres soutenus par ses recherches empiriques (« Social Action Through Music », « Social Inclusion and Discipline », « Democracy, Teamwork, Competition, and Meritocracy », « Realities, Dreams, and Revolutions ») Baker montre que dans les faits, l’action sociale tient plus d’un discours de campagne publicitaire que d’une réalité.

9La dernière partie (« Impact ») analyse, en trois chapitres (« The Politics of Economics of Impact », « Impact on Venezuelan Cultural Life », « Advances, Alternatives, and the Future ») la manière dont El Sistema a réussi ses objectifs, et les rapports entre rhétorique, représentation et réalité. Il évalue également ses impacts sur la vie culturelle du Venezuela, en soutenant une culture plus plurielle, pour finalement s’interroger sur les options qui s’ouvrent pour l’avenir, non seulement au Venezuela (comme le cas d’Alma Llanera, un projet satellite de El Sistema mais consacré à des musiques populaires latino-américaines), mais aussi dans d’autres initiatives similaires à l’étranger.

  • 9 Voir par exemple les échanges entre Geoffrey Baker et Tricia Tunstall publiés en ligne : http://www (...)
  • 10 Se référer, par exemple, aux articles suivants : DECALF, Guillaume, « Le Conservatoire de Paris s’a (...)

10Paru en novembre dernier, le livre n’a pas tardé à susciter de nombreuses controverses9. Dans l’ouvrage, les comparaisons constantes avec des programmes européens, moins connus que El Sistema, mais selon l’auteur plus en accord avec les ambitions de celui-ci, demeurent parfois contradictoires avec la posture anticolonialiste de Baker. L’engouement mondial suscité par El Sistema ne cesse de croître, comme en témoigne la récente annonce du directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Bruno Mantovani, de s’associer au programme vénézuélien10, et les initiatives en Amérique Latine qui suivent l’exemple du Venezuela. Ces faits ne font que rendre encore plus nécessaires des études telles que celle-ci. Pour les sciences sociales, l’approfondissement de la réflexion sur l’éducation et le développement social en lien avec les arts nous semble plus que jamais pertinent et nécessaire pour comprendre le rôle de l’art dans le monde contemporain.

Haut de page

Notes

1 Cf. CABEZ, Félix, La tierra de las mil orquestas, avec José Antonio Abreu, Plácido Domingo, Gustavo Dudamel, Espagne, 2010, film documentaire pour la télévision, 55min.

2 Cf. « Une baguette pour changer le monde », Courrier International, 1er juillet 2010, article en ligne : http://www.courrierinternational.com/article/2010/07/01/une-baguette-pour-changer-le-monde (consulté le 30 mai 2015).

3 Cf. ARVELO, Alberto, Tocar y luchar, avec Claudio Abbado, José Antonio Abreu, Gustavo Dudamel, Venezuela, 2006, film documentaire, 70min.

4 L’original en espagnol : « Fundación del Estado para el Sistema Nacional de Orquestas Juveniles e Infantiles de Venezuela”.

5 L’original en espagnol : « Sistema de acción social a través de la música ».

6 Baker cite, parmi d’autres : CHANNING, Simon, “Training the Orchestral Musician”, The Cambridge Companion to the Orchestra, Colin Lawson (ed.), Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 180-193 ; FAULKNER, Robert, “Orchestra Interaction: Some Features of Communication and Authority in an Artistic Organization”, Sociological Quarterly 14 (2), 1973, p. 147-157 ; FREIRE, Paolo, Pedagogy of the Oppressed, Myra Bergman Ramos (trad.), 30th Anniversary Ed., New York, Continuum, 2005 ; LOVE, Nancy S., Musical Democracy, Albany, State University of New York Press, 2006 ; MARTIN, Peter J., Sounds and Society: Themes in the Sociology of Music, Manchester, Manchester University Press, 1995.

7 « El Maestro : José Antonio Abreu », et « Gustavo Dudamel and the Simón Bolívar Youth Orchestra ».

8 Núcleo : nom donné à chaque établissement faisant parti de El Sistema, aux tailles et ressources variables.

9 Voir par exemple les échanges entre Geoffrey Baker et Tricia Tunstall publiés en ligne : http://www.classicalmusicmagazine.org/opinion/tricia-tunstall-geoffrey-bakers-el-sistema-denunciation-has-the-feel-of-a-vendetta/ (consulté le 30 mai 2015).

10 Se référer, par exemple, aux articles suivants : DECALF, Guillaume, « Le Conservatoire de Paris s’associe à El Sistema », Francemusique.fr, 5 février 2015, article en ligne : http://www.francemusique.fr/actu-musicale/le-conservatoire-de-paris-s-associe-el-sistema-80721 (consulté le 30 mai 2015) ; « Visite de Bruno Mantovani au Venezuela : une semaine riche en émotions », latitudefrance.diplomatie.gouv.fr, 9 décembre 2014, en ligne : http://latitudefrance.diplomatie.gouv.fr/Visite-de-Bruno-Mantovani-au.html (consulté le 30 mai 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violeta Nigro Giunta, « Geoffrey Baker, El Sistema. Orchestrating Venezuela’s Youth », Transposition [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://transposition.revues.org/1213

Haut de page

Auteur

Violeta Nigro Giunta

Violeta Nigro Giunta est doctorante contractuelle au CRAL, à l’EHESS (Paris), sous la direction de M. Esteban Buch. Elle a obtenu sa licence à l’Université de Buenos Aires en 2012 et son Master en Sciences sociales (spécialité Musique) à l’EHESS sous la direction d’Esteban Buch. En tant que musicologue et pianiste, elle se consacre plus spécifiquement à la musique du XXe siècle en Amérique latine, ayant fait des études sur le compositeur Juan Carlos Paz, un des compositeurs le plus importants de la première moitié du XXe siècle. Dans le cadre de sa thèse, elle étudie les transformations dans le champ de la musique contemporaine à Buenos Aires entre 1990-2010. Elle a participé à de nombreuses conférences et journées d’étude en France et à l’étranger. Ella a collaboré dans le dictionnaire Routledge Encyclopedia of Modernism et elle est auteur de l’article « Vexations, les deux temps d’une œuvre » (Presses universitaires de Vincennes, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© association Transposition. Musique et Sciences Sociales

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les arts et le langage - CRAL
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales - EHESS
  • Logo Philharmonie de Paris
  • Les cahiers de Revues.org